lalettrefer

L'essentiel de l'actualité européenne et française d'un secteur en pleine mutation


A la Une

La Lettre ferroviaire n°181

Suite à l’incident de Rastatt, le constat est sans appel. Le potentiel de détournement des trains européens de transport combiné par la France est limité. « Favoriser […] des solutions ferroviaires type P400, alternatives aux autoroutes ferroviaires », est une proposition que Gottfried Eymer, PDG d’Euro Cargo Rail (DB Cargo), a présenté à la ministre des Transports, Élisabeth Borne, lors d’une réunion organisée avec les opérateurs alternatifs, le 30 août 2017 (lire page 2). Photo d’un contrôle de gabarit de semi-remorques LKW Walter chargées sur des wagons Modalohr.

>> photo : Laurent Charlier<<

La Lettre ferroviaire n°180

Du béton a été injecté dans le tunnel de Rastatt en construction pour éviter tout nouveau mouvement. DB Netz et les entreprises concernées procèderont ensuite au retrait de la superstructure ferroviaire et de sa plateforme sur 150 mètres environ afin de couler une dalle de béton de 120 mètres destinée à stabiliser la zone. La voie sera ensuite reconstruite pour une reprise des trafics d’ici le 7 octobre 2017.

>> photo : DB AG / Thomas Niedermüller<<

La Lettre ferroviaire n°179

Le 20 juin 2017, la locomotive électrique TRAXX BR 186 n°255 aux couleurs de Lineas franchit la frontière franco-belge, entre Tourcoing et Mouscron, en tête d’un train de conteneurs en provenance de la plateforme de Dourges Delta 3 et à destination d’Anvers. Il s’agit de la ligne de transport combiné Rotterdam/Anvers - Dourges, exploitée par l’opérateur néerlandais Shuttlewise.

>> photo : Laurent Charlier<<

La Lettre ferroviaire n°178

Le 7 juin 2017, SNCF Mobilités a organisé une « répétition générale » avec la circulation de bout en bout, au départ de Paris Montparnasse, d’un TGV vers Rennes (rame 2N2 3UF n°813) et d’un autre vers Bordeaux (2N2 3UFC n°860 inOUI). Les deux trains ont quitté la gare parisienne à la même heure (9h34), avant qu’en ligne l’une prenne la tête et que l’autre suive. Notons que les images de la « divergence » (photo ci-dessus), où les deux rames roulent côte à côté jusqu’à prendre chacune leur direction respective à la bifurcation de Courtalain, ont été tournées une semaine plus tôt pendant un « blanc travaux ». La rame à destination de Rennes s’est positionnée à « contre-sens » voie 2 pour rejoindre la rame de Bordeaux garée au PRS 16 de Dangeau. Cette dernière s’est alors engagée sur voie 1 pour un parallèle avec la première. Le 7 juin, Rennes a été atteint en 1 heure 26 et Bordeaux en 2 heures 08.

>> photo : SNCF Mobilités<<

La Lettre ferroviaire n°177

La stratégie commerciale de conquête de nouveaux clients grâce à une politique de petits prix porte ses fruits. La fréquentation des trains est à la hausse. Le service Paris - Clermont-Ferrand ici photographié fait partie des trois lignes structurantes de l’offre rencentrée de SNCF Intercités. Partie de Clermont-Ferrand, la locomotive électrique BB 26013 aux couleurs carmillon de la SNCF et sa rame de voitures Corail traversent Fontainebleau pour bientôt atteindre la capitale (10 octobre 2014). Un appel d’offres pour des automotrices aptes à 200 km/h est en cours de lancement pour, outre cette ligne, Paris - Limoges - Toulouse.

>> photo : Jean-Jacques D’Angelo - SNCF Intercités<<

La Lettre ferroviaire n°176

Voyages SNCF donne un nom au service aujourd’hui proposé sous l’appellation générique TGV. La marque inOUI incarne désormais cette gamme de service grande vitesse. Le TGV Euroduplex « 2N2 3UFC » L’Océane n°862 reçoit le nouveau logo inOUI. Cette série de TGV est dédiée à l’axe Paris - Bordeaux - Toulouse/Handaye, indique Gwendoline Cazenave, directrice TGV Atlantique, qui précise que dès le 2 juillet 2017, « Paris - Toulouse sera entièrement desservi par Océane ». Ce nouveau matériel a été progressivement introduit sur cette desserte à partir du changement de service du 11 décembre 2016. >SNCF Mobilités<

La Lettre ferroviaire n°175

Élisabeth Borne, PDG de la RATP depuis 2015, a été nommée ministre chargée des Transports auprès du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot. Le 18 mai 2017, Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, a passé le flambeau à Élisabeth Borne, ministre auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports. Conformément à ses revendications, le secteur a obtenu son ministère de plein exercice. >@ecologiEnergie<

La Lettre ferroviaire n°174

Sauvegarde des capillaires : des avancées et toujours des inquiétudes. Le linéaire en risque à court terme recule. L’enjeu est également de mettre en œuvre des solutions optimisées de maintenance courante. Entre 2014 et 2017, un total de 750 km de voies drainant quatre millions de tonnes de marchandises devraient être pérennisés pour un engagement financier, toutes parties confondues, de 124 millions d’euros. >Laurent Charlier<

La Lettre ferroviaire n°173

Grâce à la digitalisation de la maintenance, Colas Rail ajoute une dimension numérique à son réseau physique d’ateliers. Au dernier salon lillois Sifer, Colas Rail (filiale de Colas, groupe Bouygues), avait affiché sa nouvelle marque dédiée à la maintenance ferroviaire, Ramfer. Elle repose sur un réseau de quatre ateliers (Les Mureaux, Saint-Varent, les Ateliers des Flandres à Hazebrouck et Grenay). >Laurent Charlier<

La Lettre ferroviaire n°172

Lors de l’édition 2017 du SITL, la Journée européenne du fret ferroviaire et l’espace affaires des Rail freight meetings ont permis aux acteurs d’échanger sur l’avenir du secteur, tantôt optimiste tantôt pessimiste selon les uns et les autres. D’une manière générale, on note de grandes attentes en termes de digitalisation (suivi, traçabilité etc.) et d’inscription du ferroviaire dans une approche supply chain. Les acteurs de la production ferroviaire vivent des situations très différentes. Tour d’horizon 2016-2017. >Laurent Charlier<
1 2 3 4 5 » ... 9

   


cookieassistant.com