La lettre ferroviaire
La lettre ferroviaire

lalettrefer

L'essentiel de l'actualité européenne et française d'un secteur en pleine mutation

A la Une

La Lettre ferroviaire n°242

Régiorail exploite de nouveaux trafics pour Nestlé Waters et entend se redéployer dans l’ouest et se positionner sur les futurs trains d’excavation du tunnel Lyon - Turin.
Régiorail/CFR approvisionne la centrale d’Ussy-sur-Marne de l’autoroute A4 (accessible via la voie 1 par refoulement) en granulats extraits des carrières du Morvan (ligne Clamecy - Corbigny - Cercy-la-Tour). Le convoi en photo ci-dessus, tiré par deux locomotives thermique Vossloh DE 18 (n°2254 et 2178), est composé de wagons-trémies vides, qui retournent vers les carrières. Le 1er juin 2020, le train vient ainsi de quitter l’embranchement d’Ussy-sur-Marne et passe à hauteur de Chamigny en direction de Château-Thierry, où un tête-à-queue lui permettra de regagner la grande ceinture parisienne puis Auxerre et Clamecy.

Lire la suite dans La lettre ferroviaire

Photo : Christophe Masse

La Lettre ferroviaire n°241

Rielsfera, filiale espagnole du groupe SNCF, travaille au lancement d’une offre low cost à grande vitesse sur les lignes intérieures du pays, à partir de décembre 2020.
Le groupe SNCF va pénétrer le marché espagnol de la grande vitesse au moyen d’un volant de rames TGV à deux niveaux de son parc. Quelques adaptations techniques sont requises. La photo ci-dessus illustre l’acheminement de la rame Euroduplex n°808 de l’usine Alstom de Belfort au Technicentre SNCF Est européen, le 14 mars 2020. La locomotive diesel CC 72074 en charge de la traction est à l’effectif de l’Agence d’essai ferroviaire (AEF), qui dépend d’Eurailtest.

Photo : Christophe Masse

La Lettre ferroviaire n°240

Flixtrain vient de l’annoncer, il jette l’éponge en France. Les coûts d’accès aux voies et aux gares sont pointés du doigt. Les projets d’autres opérateurs peinent à émerger.
Le principe de notification des projets auprès du régulateur apparaît déroutant. Trois des cinq liaisons projetées par Flixtrain ont fait l’objet d’une « demande de test d’équilibre économique » par les régions Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie ainsi que par l’État. Dans tous les cas, le régulateur a débouté les Autorités organisatrices des transports (AOT). Notons que ces saisines s’expliquent également par la volonté desdites AOT « d’apprendre ».

Photo : ART

La Lettre ferroviaire n°239

Depuis le 26 mars 2020, des transferts de patients atteints du COVID-19 sont réalisés par TGV. Conçue il y a plus d’un an, l’organisation gagne en efficacité.
Le 26 mars 2020, le premier TGV médicalisé en provenance de Strasbourg est arrivé en soirée à Nantes après avoir desservi Angers, où un rebroussement a été nécessaire pour positionner idéalement le convoi à quai. Avant sa réutilisation, « le train sera entièrement décontaminé », précise la SNCF dans un communiqué. L’entreprise publique a d’ailleurs travaillé pour fortement réduire le temps de décontamination des rames afin d’accélérer leur rotation et permettre ainsi de réaliser plus rapidement d’autres missions.

Photo : Ministères sociaux / DICOM / Jacques Witt / Sipa Press

La Lettre ferroviaire n°238

En pleine pandémie de COVID-19, le transport ferroviaire répond aux déplacements strictement nécessaires, dont ceux du personnel soignant.
Le 22 mars 2020, le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a déclaré sur LCI à propos de l’offre que « l’objectif est d’avoir un niveau plancher qui permette que seuls les déplacements nécessaires se fassent ».

Photo : SNCF

La Lettre ferroviaire n°237

La coalition Fret ferroviaire français du futur – 4F – fédère les acteurs afin d’exprimer d’une seule voix des propositions pour relancer le transport de marchandises.
« Cette démarche a une portée historique car les opérateurs alternatifs, dont Euro Cargo Rail, l’opérateur historique SNCF et quelques associations professionnelles, écrivent ensemble ce projet », confie-t-on au sein de la filiale française de DB Cargo, en insistant sur « ensemble ». « C’est une première, car au-delà de la compétition commerciale, il y a un enjeu environnemental et une vision commune », ajoute-t-on.

Photo : Laurent Charlier

La Lettre ferroviaire n°236

Socofer et Imateq entendent proposer au marché français une offre globale associant locomotive de ligne de moyenne puissance et service de maintenance.
Socofer a hérité du savoir-faire des Établissements Billard lors de la reprise de leur activité tourangelle en 1965. Si le constructeur n’a jamais cessé de fabriquer des locomotives, il entend passer de petites séries sur demande, à l’image de cet unique engin métrique (photo ci-dessus) produit pour les Chemins de fer de Provence (Régie régionale des Transports Provence-Alpes-Côte d’Azur), à une gamme 1 000 kW à part entière.

Photo : Socofer

La Lettre ferroviaire n°235

SNCF Réseau analyse actuellement les sections les plus économiquement susceptibles de recevoir l’ETCS de niveau 2. Un schéma directeur est attendu.
En France, l’ETCS est notamment en service pour les TGV équipés circulant sur les LGV Bretagne-Pays de la Loire (BPL), Est européenne et Sud Europe Atlantique (SEA). La photo ci-dessus montre la manœuvre du commutateur d’exploitation Z-EXPL TVM ou TVM/ERTMS d’une rame TGV POS..

Photo : SNCF Réseau / McCann / Claire-Lise Havet

La Lettre ferroviaire n°234

Fret SNCF est devenue une entreprise ferroviaire pleinement autonome, filiale à 100 % de la SNCF. L’entreprise fait également évoluer son offre.
Afin de tendre vers la rentabilité des activités, plusieurs leviers sont activés, dont une amélioration de la productivité opérationnelle (via, par exemple, un outil d’intelligence artificielle pour optimiser les roulements ou le développement de la polyvalence), des évolutions notables dans les structures ou la généralisation de la production des trains en « une gestion capacitaire ».

Photo : Laurent Charlier

La Lettre ferroviaire n°233

Pendant le mouvement social, une importante énergie est déployée à la promotion des alternatives au train. En temps normal, la démarche inverse est rare.
Photographié sur l’autoroute (Paris -) Lille - Gand (- Anvers) pendant le mouvement social contre la réforme des retraites, ce panneau lumineux d’information fait la promotion du covoiturage. A-t-on déjà lu le long des routes, un message promouvant l’usage du TER ? À de très rares exceptions près (opération saisonnière éTER en Hauts-de-France, par exemple), la réponse est non. La promotion du rail reste confidentielle.

Photo : Laurent Charlier
1 2 3 4 5 » ... 15

   


cookieassistant.com